Dans beaucoup de copies, les étudiants restent à surface des choses. Par exemple, les néo-classiques analysent les phénomènes économiques à partir des individus. Et les étudiants pensent avoir donnée une explication. Ils ont juste décrit une méthode sans expliquer la justification de ce mode d’analyse. Pour la justifier, il faut rappeler que les néo-classiques supposent la rationnalité des agents et une analyse toute chose égale par ailleurs qui pour être justifiée suppose également la rationalité des agents, la loi de Say, un fonctionnement efficace des marchés ce qui suppose d’autres conditions qu’il faut expliciter.

Le même problème est rencontrée par l’analyse de l’approche keynésienne. On m’explique qu’il s’agit d’une approche macroéconomique, c’est vrai mais si on m’explique pas pourquoi on ne me montre pas qu’on a compris le cours. L’approche keynésienne est macroéconomique car les agents ne sont pas rationnels. Ils suivent leur pulsion en raison du régime d’incertitude radical dans lequel ils évoluent. Après il faut expliquer d’où vient cette incertitude, qu’elle conséquence cela produit sur la conception de la monnaie et du temps.

Globalement, il fallait décrire en profondeur l’économie néoclassique comme une économie réelle d’échange où le temps est logique en face d’une économie keynésien qu’on qualifie d’économie monétaire de production où le temps s’écoule de manière historique. Les 5 notions attendues :

  • les différentes conception de la monnaie qui implique la réflexion sur l’absence et la présence de risque donc un lien avec l’économie d’échange ou économie de production ainsi que le rapport au temps
  • La rationalité ou les esprits animaux
  • la monnaie voile où l’économie monétaire en lien avec le risque en décrivant la notion de préférence pour la liquidité comme moyen de gérer les risques. Les risques sont inexistants dans l’approche néoclassique pourquoi ? Loi de Say, loi de Walras économie d’échange (moyen-age) contre une économie industrielle avec forte division du travail qui implique un risque de surproduction important.
  • micro/macro fondé sur l’acceptation de l’hypothèse toute-choses égales par ailleurs,
  • Enfin les conceptions de l’intervention de l’Etat et la nature des crises : crise exogène pour les néo-classiques (sous-production), crises endogènes surproduction pour les keynesiens.

Plus généralement dans la question à 10 points quand je ne retrouve pas mon cours, la note devient très faible.

Ensuite dans le développement, il faut expliquer les conditions dans lesquelles la loi de Say peut se justifier. Décrire la loi de Say n’est pas une explication de la loi de Say. Vous avez trop nombreux à confondre description et explication.

Sur l’exercice pour l’équilibre sur le marché du travail beaucoup n’ont rien expliquer des équations qu’ils mobilisaient. Sans explication économique, les mathématiques ne valent rien. La plupart du temps sans explication je n’ai pas mis de point.

Il fallait simplement rappeler que dans l’approché néo-classique du marché du travail, les employeurs emploient tant que les salariés rapportent plus qu’ils ne coûtent. Ce qu’ils coûtent correspond au salaire minimum fixé dans cette économie. Ce que le salariés rapportent dépend du nombre de salariés mobiliser par les entreprises et est calculée grâce à la productivité marginale en valeur. Finalement, les employeurs vont mobiliser une quantité de travailleur jusqu’à ce que la productivité marginale en valeur soit juste égale au salaire minimum.

Mathématiquement : pml* pv = sal_min

Une erreur qui me fâche particulièrement concerne le graphique du modèle de Weintraub. Lorsque les étudiants produisent un graph où la variation de la demande anticipée n’est pas accompagnée d’une variation dans le même sens de l’offre globale anticipée, c’est qu’ils n’ont rien compris à l’approche keynésienne. La note est donc zéro.